Déclaration de revenus : ces dépenses qui font baisser votre impôt

Rechercher dans ce sous-dossier

Qu’il s’agisse de vos dépenses de crèche, d’école, d’entretien de vos enfants majeurs ou de parents âgés, de dons… les aides que vous apportez à vos proches ouvrent droit à un avantage fiscal. N’oubliez pas de les reporter sur votre déclaration de revenus pour en profiter.

Article
Vous avez jusqu’à la fin mai pour renvoyer au service des impôts votre déclaration de revenus (sur internet, vous bénéficiez de 2 à 3 semaines de plus, selon la région où vous habitez). Quel que soit son support (papier ou numérique), votre déclaration est préremplie. Comme chaque année, vous devez vous assurer que les montants indiqués sont exacts, les corriger si nécessaire, et, le cas échéant, reporter les autres revenus de votre foyer fiscal dont le fisc n’a pas eu connaissance. Il vous incombe également de mentionner toutes les situations, charges et dépenses susceptibles d’avoir une répercussion sur le calcul de votre impôt, par une majoration de votre quotient familial, une déduction de vos revenus, un crédit ou une réduction d’impôt (voir "Lexique : ces dépenses qui font baisser votre impôt").
À compter de cette année, l’ensemble de ces avantages fiscaux ne peut pas vous procurer une économie d’impôt supérieure à 10 000 €. Ce plafond est le même pour tous les foyers fiscaux, quel que soit le montant de leur revenu imposable – il n’y a plus de part proportionnelle aux revenus. Toutefois, il ne s’applique qu’aux avantages octroyés en contrepartie de dépenses payées ou d’investissements réalisés depuis le 1er janvier 2013. Par exemple, si vous avez réalisé un investissement Scellier en 2009, la fraction de réduction d’impôt imputée en 2013 n’est pas soumise au nouveau plafond, mais à celui de 2009 (qui était de 25 000 € plus 10 % du revenu imposable). En outre, ce plafond de 10 000 € ne s’applique qu’aux réductions et crédits d’impôt proprement dits. Ne sont donc pas concernés ceux accordés en cas de dons aux associations ou en contrepartie de votre situation personnelle ou familiale, comme les réductions d’impôt pour frais de scolarisation ou pour hébergement dans un établissement accueillant des personnes âgées dépendantes. Ne le sont pas non plus les économies d’impôt résultant d’une déduction de revenus (voir "Lexique : ces dépenses qui font baisser votre impôt") ni les avantages liés à la prise en compte du quotient familial (demi-part supplémentaire pour enfant à charge, pour invalidité…). Cela dit, mentionnez toutes les dépenses susceptibles de vous ouvrir droit à un avantage. Le fisc se chargera, le cas échéant, d’appliquer le plafond.
Indices et chiffres
Nom Date d'ajout de la source
Vaut-il mieux rattacher un enfant majeur à son foyer fiscal ou déduire une pension alimentaire ? 26/03/2014
Êtes-vous concerné par le plafonnement du quotient familial ? 26/03/2014
Sources légales
Nom Date d'ajout de la source
Loi n° 2013-1278 du 29/12/2013 de finances pour 2014 (LF 2014), JO du 30 30/12/2013
Pour lire cet article et ses sources connectez-vous ou abonnez-vous !
Se connecter
NOUVEL ABONNÉ ? S'INSCRIRE
Contactez-nous au 01 57 08 61 70
Nouvel Abonné
Pour une information sur notre tarification ou sur l’étendue des services proposés, nous vous invitons à remplir le formulaire.