Renégociez votre crédit : à chaque profil, sa stratégie

Rechercher dans ce sous-dossier

Les taux demeurent, en ce début d’année 2014, à un niveau extrêmement bas. C’est peut-être le moment de renégocier votre crédit. Mais votre situation le permet-elle ?

Article
Bonne nouvelle, les taux d’intérêt continuent d’afficher des niveaux très attractifs. Ils stationnaient au début du mois de janvier autour de 3,35 % sur vingt ans et autour de 3,05 % sur quinze ans. « Nous ne sommes pas loin des niveaux planchers connus au début 2013 puisque, après une légère remontée à la rentrée, les taux ont été à nouveau abaissés en fin d’année par les établissements bancaires, qui ne les ont pas remontés depuis », confirme ­Sandrine Allonier, porte-parole du courtier en ligne MeilleurTaux.com. Ces taux se fixant sur l’orientation des taux longs (OAT 10 ans), qui amorcent depuis le mois de décembre une légère décrue après être remontés mi-2013.
Dans un tel contexte, les emprunteurs ayant souscrit leur crédit en période de hautes eaux et n'ayant pas encore procédé à une renégociation, ont plus que jamais intérêt à se tourner vers leur courtier ou leur banque pour revoir leur taux à la baisse. La période reste en effet propice, après une année 2013 où l'octroi de crédits a battu des records (+ 40 % de production de crédits) malgré un marché immobiler morose. « Pour certaines agences, au printemps 2013, les rachats de crédits(1) ont pu représenter plus de la moitié des dossiers traités », souligne Maël Bernier, porte-parole du courtier Empruntis. Et il existerait encore un potentiel de renégociations non négligeable. « On estime qu’un emprunteur sur trois ayant intérêt à renégocier son emprunt ne l'a pas fait », affirme Maël ­Bernier. Cependant, la fenêtre de tir est étroite : les spécialistes s’attendent à une remontée du niveau des taux, notamment du fait de la hausse probable du taux directeur de la réserve fédérale américaine ces prochains mois. « Les marchés financiers anticipent déjà ce scénario. Ce faisant, ils poussent à une remontée des taux longs qui se traduira, en France, par une hausse de taux des obligations d’Etat à long terme. Mécaniquement, le crédit immobilier en subira le contrecoup », prédit Philippe Taboret directeur adjoint de Cafpi.
Certes, pour justifier une renégociation de son contrat – et couvrir les frais induits par un rachat par un autre établissement (voir "Les frais liés à une renégociation de crédit") –, l’écart entre le taux de souscription du prêt et le taux renégocié doit tout d’abord être significatif, c’est-à-dire le plus souvent supérieur à 0,7 point. De même, il faut que le prêt se situe dans le premier tiers de son remboursement, du fait du poids des intérêts d’emprunt les premières années. Avec un crédit amortissable classique, en effet, l’emprunteur restitue au début plus d’intérêts que de capital, les proportions s’inversant au fil du temps. La baisse du taux jouant sur les intérêts, elle ne présente guère d’avantage lorsque l’emprunteur ne rembourse presque plus que du capital.
Compte tenu des taux de marché, les prêts souscrits en 2008, 2009, 2011 et 2012 (voir : L'évolution des taux sur 20 ans) sont aujourd'hui le plus susceptible de remplir les conditions d’une bonne renégociation. Celle-ci prend, selon le profil de l’emprunteur, différentes formes. « La plupart d'entre eux font plus que renégocier le taux. Un paramètre, certes important, mais une renégociation, c'est aussi l’occasion de remettre à plat les clauses du contrat pour consolider le gain », rappelle Philippe Taboret. Typiquement, l'emprunteur peut obtenir de minimiser les pénalités de remboursement anticipé (voir "Les frais liés à une renégociation de crédit"); de transférer son prêt au même taux sur une nouvelle acquisition en cas de revente ; de réduire le coût induit par l’assurance… (celle-ci faisant d'ailleurs actuellement l’objet d’une réforme au Parlement, voir "Les emprunteurs auront un an pour changer d’assureur"). Et, selon sa capacité d’endettement, l’emprunteur peut obtenir, soit une baisse de la mensualité, soit une réduction de la durée de remboursement du prêt (voir : Racourcir la durée de remboursement est le plus fort levier).
Pour avoir une idée plus exacte de votre situation, le plus simple est de réaliser une simulation de demande de crédit sur le site d’un courtier en ligne, afin d’obtenir une estimation du taux qui pourrait vous être proposé dans le cadre d’une renégociation. Faites également le tour des agences bancaires locales, pour voir quelles seraient leurs conditions de prêt. Brandir la « menace » de changer de banque reste l’une des principales armes dont dispose un particulier pour obtenir une proposition de diminution de taux significative. Si le conseiller souhaite vous garder, il positionnera son curseur à un niveau où il deviendra moins intéressant de quitter l’établissement, vous faisant par ce biais économiser plusieurs milliers d’euros. Une solution tout de même plus confortable pour l’emprunteur, parfois refroidi par la nécessité d’un changement de banque, avec la cohorte de démarches que cela implique. « Les banques sont généralement prêtes à faire l’effort pour des clients ayant du patrimoine. Mais nous voyons aussi de très bons “profils” arriver chez nous. Ce qui prouve que la banque n’a pas forcément fait tout le nécessaire pour les retenir », nuance Maël Bernier.
Reste que, même si vous vous inscrivez dans le cas type d’une renégociation opportune – prêt souscrit après 2008, pour l’essentiel –, toutes les situations ne se valent pas. Avant d’entreprendre une telle démarche, mieux vaut donc affiner sa stratégie. Nous avons ciblé un certain nombre de cas précis dans lesquels il peut être intéressant de renégocier son crédit, qu’il soit ou non nécessaire pour cela de changer d’établissement.
Indices et chiffres
Nom Date d'ajout de la source
Évolution des taux fixes moyens sur vingt ans 07/02/2014
Raccourcir la durée de remboursement reste le plus fort levier d'économies 07/02/2014
Pour lire cet article et ses sources connectez-vous ou abonnez-vous !
Se connecter
NOUVEL ABONNÉ ? S'INSCRIRE
Contactez-nous au 01 57 08 61 70
Nouvel Abonné
Pour une information sur notre tarification ou sur l’étendue des services proposés, nous vous invitons à remplir le formulaire.