Les héritiers

Rechercher dans ce sous-dossier

Quand une succession est ouverte, il faut d'abord déterminer qui sont les héritiers.

Ce rôle incombe au notaire aidé éventuellement d'un généalogiste.

Lorsque le défunt n'a pas organisé sa succession, c'est la loi qui se charge de répartir ses biens. Ses descendants (enfants, petits-enfants...) héritent en priorité. Mais si le défunt était marié, une part revient également au conjoint survivant.

Lorsque le défunt a organisé sa succession, la dévolution successorale (la répartition des biens entre les héritiers) peut être différente. Certains héritiers ou des tiers à la succession peuvent être avantagés par donation ou testament.

En tout état de cause, un héritier n'est jamais tenu d'accepter une succession. Il peut toujours y renoncer.

Les règles de dévolution légale

Quand la succession n'est pas préparée, c'est la loi qui se charge de répartir les biens entre les héritiers du défunt, selon un classement par ordre et par degré.

Le défunt avait organisé sa succession

En préparant sa succession, le défunt a pu aménager les règles que nous venons de voir pour décider à l'avance de la répartition de ses biens entre ses héritiers, avantager certains d'entre eux, ou encore pour laisser une partie de ses biens à d'autres personnes : son partenaire de Pacs, son concubin, un parent éloigné écarté de sa succession, un ami...

Le rôle du notaire

Le notaire est l'interlocuteur privilégié de l'après-décès.